MENU
Écoute en direct
 
COOL FM AU TRAVAIL
TOUT L´OR DES HOMMES - DION CELINE
Voir les chansonsjouées récemment +
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles en Beauce
Faits divers - justice

11 janvier 2019

Voies de fait sur un bébé en Beauce : le procès d’Élizabeth Pelletier se poursuit

par Olivier Turcotte

Crédit photo : Patrice Moore

Le procès d’Élizabeth Pelletier se poursuit au palais de justice de Saint-Joseph. La femme de 24 ans est accusée de voies de fait graves sur un poupon de 10 mois pour des gestes qui auraient été commis à l’automne 2016, dans la garderie familiale qu’elle opérait à Sainte-Marie. La mère a complété son témoignage en avant-midi. Des discussions hors jury ont eu lieu  concernant la pertinence de faire état d’une décision d’un autre tribunal en lien avec l’accusée. La juge s’est adressée aux jurés en leur mentionnant qu’ils ne devaient pas se laisser influencer par une décision d’un autre tribunal. Par la suite, le père de la victime a témoigné qu’il se sentait impuissant vis-à-vis l’état de santé de son enfant. Il est resté vague dans la chronologie des faits car il était plutôt absent, particulièrement à l’automne. Le père et le conjoint de l’accusée ont fondé ensemble une entreprise de revêtement et ils pouvaient travailler jusqu’à 6 ou 7 jours par semaine pendant l’automne. Rappelons que le bébé a été hospitalisé à deux reprises. Croyant au départ qu’il s’agissait d’une gastro, c’est lors de la deuxième hospitalisation que les médecins ont diagnostiqué du sang au cerveau et que la police a été contactée.

Le contre-interrogatoire du père a surtout été axé sur son comportement. La défense a voulu démontrer qu’il devient impulsif lorsqu’il consomme de l’alcool. De son propre aveu, il a été impliqué dans plusieurs altercations au fil des ans et il devient « baveux » lorsqu’il boit. Il assure ne jamais l’avoir été à l’égard de sa famille. C’est ce qu’a corroboré sa mère, la grand-mère de la victime, qui a témoigné par la suite. Elle a souvent gardé l’enfant à l’automne 2016 et elle était présente lors des hospitalisations. Selon elle, les problèmes de santé du petit sont apparus lorsqu’il a commencé à fréquenter la garderie.

La mère d’un enfant fréquentant la même garderie, qui connait l’accusée depuis au moins 10 ans, a  témoigné qu’Élizabeth Pelletier l’avertissait sans faute lorsqu’un événement concernant son enfant se produisait à la garderie, une chute par exemple. Elle a aussi expliqué aussi que, dans leurs échanges, l’accusée lui apparaissait inquiète lors des hospitalisations de la victime.

Le dernier témoin présenté jeudi est un technicien en identité judiciaire. Il a surtout élaboré sur les photos qu’il a prises à la garderie après le dépôt des accusations, notamment celles d’un parc dans lequel les enfants faisaient la sieste. Son contre interrogatoire aura lieu vendredi matin à partir de 9h.

Selon la couronne, dans l’interrogatoire filmé de l’accusé qui sera présenté ultérieurement, Elizabeth Pelletier admettrait avoir déposé fortement la victime dans un parc.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?